FORMATION

PROPOSITIONS POUR UN PROGRAMME DE FORMATION AU CONTE ET AU THEATRE

Lomé – TOGO

  « Prendre et donner » Le conteur est celui qui s’approprie un texte, un récit, avec ce qu’il est dans son corps et sa personnalité pour le restituer à d’autres personnes. Qu’il soit écrit par lui, puisé dans la tradition ou dans la production contemporaine, il s’agit de re-donner cette parole dans une temporalité qui est celle d’aujourd’hui. Que devient le conte Togolais ? Quelle est la place du conteur dans la société Togolaise d’aujourd’hui ? Quelle est la continuité possible pour l’avenir ? La formation visera, par l’échange entre les participants, à développer les capacités fondamentales du conteur : l’écoute, la mémoire, la parole (la diction). Elle s’appuiera sur des techniques d’appropriation et de restitution. Public concerné : personnes qui pratiquent un art de spectacle vivant( comédiens, danseurs, musiciens…) ou tout autre professionnel qui aurait un projet autour de la parole et du corps.Trente personnes maximum sélectionnées en tenant compte des capacités et de la motivation. Le programme se déclinera en plusieurs ateliers qui pourront constituer des modules indépendants ou un cycle complet. 

Le rythme

Chacun cherchera à trouver son propre rythme qui lui est personnel. Rythme de la parole, rythme du corps, qui passe par la maîtrise du souffle. 

L’Improvisation

Le conteur incarne un texte qui est le plus souvent écrit au préalable mais le temps du spectacle est un moment de « direct » qui intègre aussi une réceptivité au public, à l’espace et au contexte environnant. 

La diction

Le texte mémorisé est mis en bouche, articulé, respiré et agréable à l’écoute du public 

Le répertoire

Un élément important pour le conteur. C’est une réserve qu’il se constitue et dans laquelle il puise à volonté.  

Intervenants

Je serais coordinateur de l’ensemble, et assurerais une partie de la conduite des ateliers. D’autres professionnels présents sur le territoire Togolais peuvent prendre le relais, notamment pour la continuité de la pratique. Pour diversifier les apports, on pourra faire appel à des artistes venus d’Europe ou d’autres pays Africains. 

Perspectives

La conduite de ces ateliers permettra de repérer les talents et les motivations pour envisager la création d’un spectacle. Si le choix se porte sur un spectacle de rue, viendront s’ajouter à l’équipe, des techniciens et inventeurs qui participeront à la mise en image des histoires choisies. Ces inventions matérielles utilisant notamment des objets de récupération serviront le portage de la parole pour interpeller les gens dans l’espace public. 

Mise en œuvre

Les ateliers seraient proposés sur des périodes de deux à trois semaines. Selon leur nombre, les participants pourraient être distribués en deux groupes qui travailleraient l’un en matinée et l’autre en après-midi.Etant donné ma base géographique qui est actuellement Paris, j’imagine une formation sur une durée de deux ans, à raison de deux sessions par an, pour ce qui est des ateliers thématiques tels que décrit. Dans mon esprit, des professionnels présents sur le territoire Togolais pourraient assurer une continuité de la pratique entre temps. Ces périodes pourraient être aussi un temps de création pour un spectacle de rue.
L’idéal serait que les ateliers aient lieu dans un espace hors de Lomé pour favoriser un engagement complet des participants qui seraient ainsi éloignés des contraintes familiales et autres qui, je parle par expérience viennent toujours perturber la continuité du travail. Lieu de résidence complète ou au moins possibilité de restauration sur place.
 

Evaluation budgétaire

Le budget ci-dessous proposé est discutable. 

Transport

Pour moi qui suis résident en France et pour des éventuels intervenants résidents hors de Lomé, il est souhaitable que notre transport aller et retour soit pris en charge. 

Hébergement

Prévoir d’héberger les non résidents autres que moi. 

Salaire

Nous proposons une somme en CFA  par jour de quinze mille francs (15.OOO) pour le coordinateur formateur, de dix mille francs(1O.OOO) pour les intervenants étrangers, de cinq mille franc(5.OOO) pour les intervenants nationaux. Pour les participants (stagiaires), il est proposé par jour une somme de deux mille cinq cent franc (2.5OO). N.B.Si l’idée de travailler loin de Lomé est acceptée, il est souhaitable de prévoir un moyen de transport vers le lieu choisi et l’hébergement de tous les participants. 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×